Comment éviter les risques sanitaires des drogues ?

risques sanitaires des drogues

Un récent rapport sur la toxicomanie mondiale divulgue qu’approximativement 275 millions de personnes sont dépendants des drogues. En comparaison de l’année 2010 ayant connu une nette augmentation de 22 %. D’ici 2030, le nombre de drogués augmentera de 11 % sur cette planète. En Afrique, cela peut atteindre les 40 %. La preuve en est qu’en Côte d’Ivoire la toxicomanie prend une étendue inquiétante chez cette population juvénile.

L’auto-sensibilisation : réflexion en amont !

L’auto-sensibilisation joue un rôle important dans la lutte contre la drogue dépendance, car un humanisme bien ordonné commence toujours par soi-même. Cette expression est aussi utilisée face aux problèmes liés à la toxicomanie. Au lieu d’écouter les autres vous dire d’arrêter. Vous devez réagir par vous-même en commençant par vous vous interroger. Qu’est-ce qui vous pousse à s’arrêter ? Est-ce le moment idéal de cesser ? Essayer de trouver de bonnes raisons, car cela affecte de manière positive votre motivation. Valorisez les propos de votre entourage, car ils veulent votre bien. Prenez le temps de visionner des vidéos de témoignages ou pub danger drogues. Vous devez aussi apprendre plusieurs choses, comme comment minimiser les dangers des drogues ? Ainsi, ces infos drogues vous amène à se rendre compte du danger drogue. Connaître ces effets nocifs va affecter votre moral. Qui sait ? Malgré votre difficulté, vous allez finir par réserver une date.

Essayer par soi-même : mettre au point des programmes !

Tout d’abord, anticipez en avance les altérations possibles, car lutter contre la toxicomanie est loin d’être un jeu d’enfant. Cependant, vous êtes différent, même s’il y a une forte dépendance. Grâce à votre courage, vous pouvez outrepasser des difficultés inéluctables. Rappelez-vous, à partir de votre prise de décision, votre vie quotidienne va changer. Pas la peine de s’affoler, vous avez votre situation entre vos mains. Établissez vite fait un planning, c’est-à-dire fixer un jour J et essayer de cadrer cette date à un moment à laquelle vous êtes loin des angoisses. Inutile d’établir un contrat contre vous-même, car cela risque de vous mettre la pression. 

Ensuite, prenez un agenda et noter la date de votre prise de décision, mais aussi des extraits de vos motivations. L’abstinence se construit étape par étape et chaque tentative réussie est une récente victoire. Il est possible d’arrêter à plusieurs. Sûrement, vous avez des amis drogués qui veulent aussi cesser. 

Vous pouvez rassembler vos forces et fixer un objectif commun. De plus, c’est mieux d’avoir de la compagnie pour partager son stress. Vous devez reprendre vos vieux loisirs, car ils vont vous aider à reprendre goût à la vie. Par exemple, faire du skate, du roller, du VTT, jardiner, jouer à un instrument de musique, dessiner, faire des BD, tagger. Faites des exercices physiques pour vous détendre et pour lutter contre votre insomnie. Écartez-vous de vos amis drogués, voyagez et changez d’air pour fuir votre bande. En faisant des activités, vous allez apprendre à gérer votre stress.

Qu’est-ce qu’il faut faire en cas d’échec ?

Il faut avoir du courage et ne pas laisser tomber et bien se rendre compte les dangers des drogues. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à faire appel à des interventions externes. L’important, c’est de réussir la mission et ce peu importe les moyens. Vous êtes autorisé à fréquenter des lieux de soins pluridisciplinaires pour être assisté. Côtoyez un professionnel de l’addictologie pour faire le bilan sur votre dépendance et d’instituer une bonne stratégie. Pour cela, un sevrage ambulatoire ou hospitalier sera mis en œuvre. Pour faire court, ces centres de soins évaluent régulièrement l’évolution de chaque souffrant afin de décider s’il faut garder le programme de soins, le changer, ou l’arrêter définitivement.

Comment éviter les risques sanitaires des drogues ?
Acheter des pouches de nicotine à prix pas chers en ligne
Le vapotage est-il dangereux pour l’entourage du vapoteur ?